Sender le bouffon

Romans, proses


Karl Emil Franzos

Sender le bouffon

Traduction de l'allemand et postface de Laurent Cassagnau



ISBN : 978-2-84242-452-8
940 pages
  • Présentation

Sender le bouffon est un roman aux multiples facettes : roman picaresque dans la lignée de Grimmelshausen ou de Cervantes ; roman théâtral, héritier de Goethe ; roman réaliste, né du monde du « shtetl » des Juifs orientaux et de Galicie, tel qu’il existait alors ; roman plein  d’émotions, qui vous émeut aux larmes ; et en premier lieu, roman humoristique qui connaît « le rire sous les larmes » et regorge de l’humour très caractéristique de ses personnages.
Dernier point et non des moindres, Sender le bouffon est un roman d’apprentissage, bien qu’ex negativo —     le roman d’une tentative d’ émancipation juive, qui échoue à la fin et qui peut-être, en une douloureuse prescience, devait échouer, cinquante ou soixante ans avant l’échec définitif de la symbiose germano-juive. Était-elle déjà, du temps de Karl Emil Franzos, un projet qui ne correspondait à nulle réalité ? À travers ce livre s’exprime le désir immense et proprement désespéré d’un « paradis allemand », comme Franzos l’évoquait.
Sender le bouffon n'a pas eu de très large retentissement, mais auteurs et gens de théâtre n'ont pas cessé de le défendre. « Sender le bouffon est un classique discret. Paru en 1905, il a maintes fois été presque oublié et redécouvert à chaque fois avec bonheur. Peu de personnes le connaissent –, quoique le nombre de ses rééditions soit assez considérable –   ,   mais pour nombre d’entre elles, il est l’un des plus beaux romans de la langue allemande. » (Peter Härtling)

C’est là une raison bien suffisante  pour traduire enfin et lire aujourd’hui ce livre avec un tout nouveau regard, «à la lumière de l’expérience», car on ne peut pas lire ce roman comme on le lisait avant 1939. 

Recherche

Recherche par livre, auteur ou mot-clé

Lettre d'informations