Lo Fu

Lo Fu


Figure centrale du mouvement moderniste taiwanais, Lo Fu est un écrivain prolifique, auteur de plus d’une douzaine de recueils de poésie, de cinq volumes d’essais et de cinq ouvrages de critique littéraire. Né en 1928 à Hengyang au Hunan en Chine continentale, Lo Fu, après avoir rejoint l’armée durant la guerre sino-japonaise, débarque à Taiwan avec le gouvernement nationaliste en 1949. Prenant pour premiers modèles les poètes modernistes chinois Feng Zhi et Ai Qing, mais également influencé par Baudelaire, Rimbaud, Valéry, Apollinaire, ou encore Wallace Stevens, Lo Fu adhère à la mouvance surréaliste. Fasciné par Rilke, dont la profonde sensibilité religieuse l’inspire particulièrement, il lui rendra hommage dès La mort d’une cellule de pierre (1965) et jusque dans un recueil plus récent, Bois flotté (2000). En 1973, il prend sa retraite d’officier de la marine pour se consacrer pleinement à la littérature. Son œuvre se pare d’une sérénité nouvelle après son installation à Vancouver au Canada en 1996, qui lui apporte la solitude et le détachement auxquels il aspire, se comparant lui-même au grand oiseau Peng de Zhuangzi, qui s’ébat en toute liberté. Surnommé le « démon de la poésie », Lo Fu a inspiré des générations d’écrivains à Taiwan et en Chine.

A publié aux éditions Circé
A Cause du vent

Recherche

Recherche par livre, auteur ou mot-clé

Lettre d'informations